éditions alidades




logo

alidades
librairie







 

 

éditions alidades


Leontia Flynn
Écran de veille / Screen-Saver
Poèmes traduits de l'anglais (Irlande) par Bernard Leprêtre et Emmanuel Malherbet


alidades 2014, collection ’Irlande 21 ’, 12,5 x 22,5 cm, cahier de 48 pages, 5,70 €.
ISBN 978-2-919376-26-1

La veille : un des termes, peut-être, aptes à rendre compte de cette poésie dont la tension, vers quelque chose, vers quelqu’un, est ce qui s’impose de plus en plus évidemment au fil des lectures. Réfléchi ou non, qu’importe, le souci de retenir, voire même de sauver, ce qui est ou ce qui a été, semble à l’origine de cette écriture qui a le pouvoir de hausser tout ce qu’elle approche à l’intensité de l’élégie et quelquefois, aussi, du drame. Il n’y a pas d’objet poétique a priori puisque tout est poétique pour peu que la poésie sache le recueillir : des rengaines, les instants vécus, une pile de CD, le vieillissement d’un père, l’indéfectible énergie d’une mère ou d’une vieille bagnole, les souvenirs littéraires, cinématographiques ou télévisuels... Bref, tout ce qui vient prendre sa place dans la conscience des jours qui passent, tout cela que l’on saura retenir, si tant est qu’on puisse le dire en en préservant la touchante proximité.
L’écriture de Leontia Flynn réussit ce tour de force, dans une langue à la simplicité richement calculée, de tenir les éléments parfois les plus prosaïques dans un espace d’émotion méditative auquel il est bien difficile de se soustraire. L’économie des moyens mis en œuvre participe de cette permanente ouverture du poème; la proximité première, dont le côté anodin peut parfois dérouter, ouvre largement sur le temps d’une intériorité qui n’est pas seulement personnelle. Il y a là la générosité d’une poésie dont la sincérité n’oublie jamais le lecteur.
Pour le traducteur, cette écriture est finalement redoutable. Comment ne pas céder à la tentation de «poétiser» plus qu’il n’est besoin, et donc de détourner cette voix de sa propre musique et de n’en plus entendre la singularité ? Comment aussi ne pas tomber dans l’affadissement qu’engendrerait, lors du passage au français, la scrupuleuse réplique de la simplicité originale ? Il y a un équilibre, une respiration à trouver, où concilier la force et la discrétion de cette parole qu’on ne voudrait pas trahir. E. M.

Née en 1974 dans le Comté de Down (Irlande du Nord), Leontia Flynn étudie à l’Université d’Edinburgh puis soutient une thèse de doctorat sur la poésie de Medbh McGuckian à la Queen’s University de Belfast. Elle appartient depuis 2005 au Centre Seamus Heaney de recherche poétique de Queen’s University. Le ‘Forward Prize’ du meilleur premier recueil lui a été décerné pour These Days en 2004, puis en 2008 le ‘Rooney Prize’ de littérature irlandaise. Elle est l’auteur de nombreux articles, essais, et études sur la poésie irlandaise.

 

En quittant Belfast

pour John Duncan

Les avions volent si bas sur les quartiers est
que leurs ventres sont comme des panses d’oiseaux géants,
la ville fait sur le ciel une ligne hachée, un monitoring
de cardiogramme critique; le fleuve va sa route:
pour les affiches lacérées, les pigeons qui bouffent le vomi,
les rues sordides pleines de papiers vers Atlantic Avenue,
il y a une miette d’espoir, dans les jeunes, dans l’allure des femmes,
les feuillages des beaux quartiers, les acrobaties des étourneaux.

il y a les bons et les mauvais jours, c’est vrai, mais là tu
brûles tes vaisseaux, et tu laisses Belfast
se débrouiller: elle va grandir ou décliner,
enterrer son passé, masquer ses fissures
à coups de parkings et résidences de luxe, elle se fera neuve – ou peut-être
deviendra ce qu’elle semblait être avant que tu n’y vives.

 

accueil / haut de la page