Úditions alidades



logo

alidades
librairie







 

éditions alidades


Né en 1939, Claude Salomon vient assez tardivement à l'écriture poétique. Ses textes ont paru dans de nombreuses revues. Plasticien et enseignant en arts plastiques, son intérêt pour l'écriture le conduit à publier des essais et des notes critiques, tout autant qu'à se tourner vers la traduction de poésie. Il a publié à nos éditions une traduction des Méditations divines de John Donne, et une remarquable traduction des Élégies de Properce aux éditions de la Différence.


Oublieux converti
alidades 2009, collection ’échafaudage’.
11,5 x 22,5 cm, 40 pages, cahier, 5,00 €.
ISBN 978-2-906266-83-4

L'écriture de ce recueil, le premier publié dans son intégralité, méditative et narrative à la fois, ménage sans cesse le rythme respiratoire de la pensée intime, le mouvement de la représentation dans sa construction, qui est approfondissement, ressassement et partant avancée et enrichissement.


“Toi amené là par une lignée de mortels... par un de ces jeux d’alliances ...où ton bonheur lesté de terre lourde... est une histoire ficelée on ne sait comment


L’esprit de vengeance t’aurait-il dénoncé ? ...Ton geste ta voix ...tes coup d’éclats ton genre supposent-ils on ne sait quoi ...des basses œuvres ?”


Caténaires et postludes
alidades 2011, collection ’création’.
11,5 x 22,5 cm, 40 pages, cahier, 5,00 €.
ISBN 978-2-919376-07-3

"Caténaires, de catena la chaîne, désignent les dispositifs de suspension des cables qui jalonnent un parcours électrifié de chemin de fer. Par association d'idées, ils relient ici à des absents perdus de vue, par conséquent injoignables, qui n'en marquèrent pas moins quelques moments de qui je fus. Postludes sont pour leur part des digressions sur le thème de qui je suis, où la véracité de quelques faits et gestes ne protège pas des déterminations fictives du mythe poétique, à commencer par la référence à la première personne." C.S.
 

“Ce soir · ni mangeur ni singe · amaigri et moins jeune je déambule entre des œuvres et une forêt de personnages qu’avec bonheur je retrouve presque intacts dans les souvenirs qui m’en restent · mais les dieux sont ailleurs · dans les croyances les mimiques les gestes et les tignasses démodées de ma jeunesse.”



Usages du faux
alidades 2015, collection ’création’.
11,5 x 22,5 cm, 52 pages, cahier, 6,00 €.
ISBN 978-2-919376-35-3

Usages du faux, composé d'un ensemble de 43 proses rythmées, s'inscrit dans la double tradition de l'élégie et de la satire. Claude Salomon y dépeint sans fard la présence d'un homme à son temps ; mais cette présence est toute de retrait dans son désenchantement. C'est que dans le monde du pire, il n'est guère d'autre posture pour le tout un chacun que nous sommes que celle d'un solipsisme (stérile, diront certains dont la foi ne déplace plus aucune montagne) aussi digne qu'intransigeant. À sa manière, l'écriture de Claude Salomon est engagée, parce qu'elle mesure exactement la si riche et pleine insignifiance de nos existences.

*

"(...) du lever au coucher sans changer d'horizon ni de braquet je ne demande rien."

*

"Pour entretenir la rage des purs reste à trouver l'adepte. Comme tout initié en mal de repères à charge pour lui de s'inventer les gestes qu'il faut au sein d'un groupe qui s'exclut de tous les autres pour mieux les convertir."

*

"Ce pourquoi je doute. Pire si l'humeur me saisit. Non que par tous les temps je craigne d'arpenter les cimetières – là comme ailleurs je prends l'air sans que j'aie à bénir qui ou quoi que ce soit. Non que je déteste les marbres ou leurs incriptions dédicaces et déplorations. Mais je crois y entendre comme l'écho de ce qui les a précédées – l'office du pasteur des coupables la voix des répons éraillée mais conforme."

*

"(...) heureux pour vous que nous ne sachions rien ni ne portions le chapeau d'aucune cause."


 

accueil / haut de la page